Avant-après les années 2000 – Chapitre 4 – Les années 2000 et la ville Hors-champ

(Voir les autres articles :
Chapitre 1 – Les années 2000 – Quelle mutation depuis la Ville Franchisée ?
Chapitre 2 – Les années 2000 – le logement entre croissance fractale et programmation control-freak
Chapitre 3 – Les années 2000 et l’activité : un programme à deux faces)

Chapitre 4 – Synthèse – Les années 2000 et la ville Hors-champ (de l’urbanisme)

En 2004, à la sortie de l’ouvrage la Ville Franchisée, rares étaient les grands projets de renouvellement urbain sortis de terre : l’île de Nantes était balbutiante, Confluence à Lyon idem, Euromed 1 n’était pas encore terminé, les projets ANRU étaient encore à l’étude pour les plus avancés d’entre eux. Seuls Euralille, Bercy et quelques projets (qui en inspireront d’autres) étaient déjà là. Bref, on sortait effectivement d’une époque dominée urbanistiquement par les extensions commerciales et pavillonnaires.
Aujourd’hui, tout se passe comme si on avait augmenté la sphère d’influence de la pensée urbaine sur le développement de la ville (avec pleins de projets très maitrisés) mais que les domaines qui ont continué à échapper aux “urbanistes” se sont développés dans de telles proportions qu’ils en sont devenus des phénomènes de grande importance (mitage pavillonnaire, grands ensembles logistiques). Cette ville impensée sur laquelle il est difficile d’avoir prise.

Ces observations nous poussent à distinguer deux types d’évolution :

  • La ville pensée, celle des grands projets, du renouvellement urbain de grands ensembles et des friches industrielles, des nouveaux quartiers de gare, des grandes extensions urbaines. C’est la ville théorisée, la ville des urbanistes.
  • Et la ville impensée, la ville “Hors-champ” des urbanistes concepteurs, celle des immenses parcs logistiques qui se construisent en rase-campagne, des pavillons de fonds de parcelles, la ville des futsal installés bon an mal an dans des anciens entrepôts. La ville qui nous échappe.

La ville hors-champ : ici l’opération du Val Bréon entre 2003 et 2009 comparée au quartier des Docks de Saint-Ouen, anciennement industriel à la même échelle(comparez en bougeant le curseur)

S’il est évident que certaines des grandes demandes auxquelles répondent cette ville Hors-champ sont vitales pour la société (espace vaste pour les activités et la logistique assurant leur bon fonctionnement, leur compétitivité et la bonne santé de l’économie) il en est qui sont discutées depuis de nombreuses années (attractivité du pavillonnaire).
Et de nombreuses questions se posent : Comment concilier les attentes vitales de la ville contemporaine (logistique, qualité de vie) avec les nécessités de densité, de mobilité durable ? Est-il possible de concilier des programmes exigeant et dispendieux en espace comme l’activité et la logistique avec des projets urbains ambitieux et mixtes ? Comment agir sur cette ville Hors-champ ? Quels sont nos moyens d’action ? Autant de questions pour l’urbaniste des années 2010, 2020…